Grenier, Nicolas

Nicolas Grenier, Étude (Free Agents), 2019
Nicolas Grenier, Étude (Free Agents), 2019
Nicolas Grenier, Étude (Free Agents), 2019

Numéro de lot : 

12
Étude (Free Agents)

Cette peinture miniature est une étude préparatoire pour le tableau Free Agents (2020). On y retrouve un monument métaphysique plongé dans une lumière projetant des ombres horizontales. Il s’agit d’un graphique cartésien déconstruit où, dans l’oeuvre finale, on retrouvera les mots Free Agents, Market Forces, Exponential Acceleration of Everything, Good Intentions, Entropic Forces, Moon Cycles et Sea Level. Une forme pouvant rappeler un drapeau (difficile à distinguer en reproduction) se détache d’une surface en contrejour, alors qu’un groupe de pierres tombales, dans le coin inférieur gauche, transforme la scène en une sorte de paysage.

Huile sur toile,
  • 2019
15,2 x 20,3 cm

Valeur estimée : 

1 400 $

Nicolas Grenier est titulaire d’une maitrise en beaux-arts du California Institute of the Arts. Sa pratique prend la forme de peintures, d’installations architecturales, d’images numériques et de projets participatifs.

Son travail aborde les questions liées aux changements sociaux, aux structures politiques et économiques qui façonnent nos vies, et à l’évolution des valeurs et de la société. Son travail a été exposé, entre autres, au Musée d’art contemporain de Montréal, à la galerie Power Plant (Toronto), au Taipei Contemporary Art Center, à la Triennale d’art et d’architecture de Bruges, ainsi qu’aux galeries Bradley Ertaskiran (Montréal), Luis De Jesus Los Angeles, Denny Dimin (Hong Kong), Gagosian (Athènes) et Union (Londres). Ses oeuvres figurent dans des collections publiques et des collections d’entreprise, y compris celles du Musée national des beaux-arts du Québec, du Musée d’art contemporain de Montréal, de la Banque Nationale du Canada, de la Banque Royale du Canada, de la Caisse de dépôt et placement du Québec et de la Progressive Art Collection. Grenier a remporté le prix Pierre-Ayot de la Ville de Montréal en 2016 et comptait parmi les finalistes du prix Sobey pour les arts en 2019.